Comment marcher avec des raquettes à neige

Avoir envie de s’aventurer dans un cadre enchanteur recouvert de neige. De partir en voyage à l’ascension de petits sommets en toute liberté. Randonner à travers les arbres et découvrir la faune environnante. Les raquettes à neige font définitivement partie des moyens de se déplacer les plus respectueux et les plus appréciés sur les territoires enneigés, en voyages comme au quotidien. Pour bien profiter de la balade, il est essentiel de savoir utiliser sa paire de raquettes correctement.

Grâce à cet article, vous allez apprendre comment marcher avec des raquettes à neige en toute situation. Vous découvrirez les bases de cette activité, les erreurs à ne pas commettre et la bonne méthode d’utilisation d’une paire de bâtons.

Comment chausser et bien attacher ses raquettes avant une sortie en neige ?

Comment chausser raquette à neige

Après avoir enfilé une paire de bottes ou une paire de chaussures imperméables, glissez votre pied dans la raquette jusqu’à la butée. La pointe du pied doit être en position sur le point pivot. Sanglez chaque attache de façon à maintenir efficacement la raquette. Si vous n’utilisez pas les mêmes chaussures à chaque sortie en neige ou que vous empruntez le matériel d’autres personnes, pensez à ajuster la longueur des sangles à votre taille.

La méthode d’attache des lanières se fait normalement dans l’ordre qui suit : d’abord celle de la cheville, ensuite celle du talon. Dans le doute, n’hésitez pas à solliciter l’aide d’un professionnel pour qu’il vous fasse une démonstration avant votre première rando. Inutile de partir avec des raquettes mal attachées, vous risqueriez de vous blesser ou de vous fatiguer très vite dans la neige.

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi visiter le très bon site de MSR.

Bien s’habiller avant de faire de la raquette en été ou en hiver

marche avec des raquettes

Qui dit neige dit forcément températures basses. N’oubliez tout de même pas que la randonnée pédestre en raquettes demande un effort sportif, et fait transpirer. Voici les bons vêtements à avoir lors d’une sortie en raquettes à neige :

  • des sous-vêtements techniques, si possible en synthétique ou en mérinos ;
  • une deuxième couche de type polaire, sans manche en été ;
  • une troisième couche coupe-vent imperméable (type Gore-Tex) en cas d’intempéries ou de sortie la nuit ;
  • une veste étanche, légère et facile à mettre ou enlever ;
  • un pantalon assez chaud, confortable, avec des ouvertures pour évacuer la chaleur ;
  • une casquette la journée, car le soleil tape fort en montagne ;
  • un bonnet en cas de vent ou de départ très tôt le matin ;
  • des lunettes de soleil pour éviter l’éblouissement avec le blanc de la neige ;
  • des gants bien chauds et imperméables.

Les techniques à adopter pour marcher dans la neige en raquettes

bonne technique marche neige

Les raquettes parallèles ou écartées ? Les jambes fléchies ou les jambes bien droites ? Savoir comment marcher avec des raquettes à neige ne s’improvise pas, mais le geste devient vite assez fluide. En suivant ces astuces, vous parviendrez rapidement à progresser avec naturel dans la neige sans encombre.

Commencez par marcher en glissant sur la neige, sans trop lever les jambes. Soit chaque pied est parallèle, et vous devrez alors faire passer une raquette à son tour par-dessus l’autre. Soit vous placez vos jambes plus écartées, et vos raquettes se frôleront alors à peine. Cette position s’avère plus simple à gérer à la longue mais un peu plus fatigante lors des débuts de l’activité.

À savoir : si la neige est poudreuse, vous devrez lever plus les jambes pour que la raquette suive bien le mouvement.

Les erreurs du débutant en raquette : nos conseils pour les éviter

erreur à ne pas faire marche raquette poudreuse

La découverte des raquettes est souvent une révélation pour les amateurs de sports d’hiver. Cependant, quelques erreurs de débutants peuvent venir gâcher la promenade. Voici les astuces à connaitre pour ne pas vous décourager lors de vos premières sorties en neige et respecter le cadre de la montagne.

Erreur 1 : trainer des pieds en soulevant de la neige

Si vous laisser trop vos raquettes trainer dans la neige, celle-ci s’agglutinera dans les crampons et la traction sera moins efficace. Levez suffisamment la jambe à chaque foulée pour que la raquette passe au-dessus du niveau de la neige.

Erreur 2 : cogner ses raquettes en marchant

Si vos raquettes ne cessent de se cogner l’une à l’autre, c’est que votre démarche n’est pas bonne. Essayez de garder les pieds plus parallèles, voire de les ouvrir vers l’extérieur. Ainsi, vous éviterez d’abimer votre matériel ou de trébucher dans la neige.

Erreur 3 : marcher en raquettes sur les pistes de ski

Attention, les raquettes à neige abîment les pistes de ski de rando. Lorsque vous vous déplacez sur un sentier comportant des pistes, évitez de faire de la raquette dessus pour ne pas les effacer.

Erreur 4 : ne pas emporter d’eau ou de nourriture

Entre le froid de la montagne et l’effort physique, vous aurez certainement besoin d’un peu de confort pendant votre activité. Un thermos d’infusion chaude, quelques biscuits ou un fruit ne seront pas de trop pour vous requinquer.

Les différences entre les raquettes, le ski de fond et le ski alpin

Skieur alpin hors piste

Bien connu des vacanciers d’hiver, le ski alpin se pratique principalement en montagne, lors de voyages dans des stations équipées de remontées. Il s’articule autour de la descente d’une pente de neige pouvant présenter des bosses, des obstacles et des virages. Contrairement aux raquettes, il ne se pratique pas en montée.

Le ski de fond (ou ski de randonnée) se rapproche plus des raquettes à neige dans la mesure où il a longtemps servi dans les pays scandinaves pour les déplacements dans les lieux inaccessibles à pied, à cause de la profondeur ou de la densité de la neige. Il se pratique donc aussi bien sur des montées que sur des descentes.

La différence avec les raquettes réside en revanche dans la technique de progression. Le skieur de fond doit apprendre à glisser avec des équipements parfois très longs sans croiser ses skis, tandis que le randonneur en raquettes conserve une forme de marche assez similaire à celle d’un promeneur classique, en levant chaque pied alternativement.

Comment marcher avec des raquettes à neige selon le terrain abordé ?

Photo de Dino Reichmuth sur Unsplash

Au cours de vos voyages en montagne, la pratique des raquettes vous mènera dans bien des paysages variés, avec des terrains plus ou moins escarpés. Il vous faudra alors vous adapter au terrain que vous rencontrerez grâce aux astuces suivantes.

La marche en raquettes en montée

Inspirée par les skis de randonnée, la cale de montée s’avère salvatrice si vous vous promenez sur des pentes significatives avec de la neige solidifiée. Ce système s’active et se désactive par une simple manipulation (soit à la main ou, sur les modèles plus haut de gamme, avec les bâtons). Il vous permet de placer votre pied quasiment à l’horizontale, comme sur un escalier ou sur un terrain plat.

Sans cale, vous devrez placer votre poids bien en avant à chaque pas, et si nécessaire vous mettre sur les pointes pour progresser sans encombre. Donnez un léger coup de pied dans la pente de façon à enfoncer la raquette dans la neige et à progresser efficacement. En cas de difficultés, préférez une ascension en zigzag plutôt qu’en ligne droite.

La marche en raquettes en dévers de pente

Lorsque vous longez une pente de façon horizontale, la progression peut devenir périlleuse et votre équilibre va tendre à pencher vers le ravin (le bas). Pour conserver une bonne trajectoire, il faut appuyer plus solidement avec le pied sur la raquette du côté de l’amont de la pente (vers le haut), de façon à conserver le poids du corps bien à la verticale.

La marche en raquettes en descente

Pensez à attacher l’arrière de vos raquettes à neige lors des descentes. Cela vous évitera de trébucher sur votre raquette lorsque la pente est raide. Plus la descente est marquée, plus il est important de se placer bien en face et de descendre droit, en laissant le pied glisser sur la neige. Les bâtons servent alors d’assurance et se placent légèrement en avant de la foulée.

Prévoir sa première randonnée en raquettes à neige : parcours et distance

Ascension de l'Aiguille du Midi
Ascension de l’Aiguille du Midi (Chamonix-Mont-Blanc). Photo de Tim Jones sur Unsplash.

Bien que les raquettes à neige soient accessibles à tout le monde, elles s’exercent dans un milieu qui présente certains éléments hostiles. Il vaut donc mieux bien prévoir un parcours connu lors d’une première randonnée, ou bien se faire accompagner d’un guide pendant ses voyages afin de bénéficier de quelques conseils.

Avalanches, crevasses, difficulté à se repérer dans une étendue de neige devraient vous inciter à la plus grande précaution. Pour une première rando, choisissez un sentier fréquenté, de quelques kilomètres et avec peu de dénivelé. Vous aurez ainsi l’occasion de vous habituer à la technique de marche en raquettes tout en profitant des environs. Les randonnées en hiver sont plus exigeantes au niveau du confort et des conditions météo, mais elles assurent des panoramas exceptionnels.

Dans tous les cas, prévenez des personnes de confiance de votre itinéraire et ne partez pas faire votre activité sans un dispositif d’appel d’urgence et des provisions de secours.

Fréquenter une piste damée spéciale raquettes, pour ou contre ?

Les stations de ski ont bien compris l’intérêt massif des randonneurs pour les raquettes à neige, et se sont empressées d’ouvrir des pistes dites damées, spécifiquement prévues pour la pratique de cette activité.

Ces sentiers balisés offrent l’avantage d’être sûrs et faciles à suivre sans carte ou GPS. Ils permettent aussi de découvrir la flore et la faune en montagne sans marcher sur des espaces protégés ou détruire de la biodiversité.

Cependant, ils s’avèrent également limitants. L’intérêt des raquettes à neige n’est-il pas justement de pouvoir se rendre là où la marche est impossible ? Vous pouvez bien sûr essayer un parcours damé, notamment lors d’une première sortie, puis tenter des pistes offrant davantage de liberté au fur et à mesure de vos possibilités.

Point technique sur l’utilisation des bâtons en raquettes

Bâtons raquette
Photo de Joel Tasche sur Unplash

L’utilisation de bâtons dans la pratique des raquettes est facultative, mais elle présente deux avantages : d’une part, elle facilite le maintien de l’équilibre (notamment si vous portez un sac à dos), d’autre part elle fait davantage travailler le haut du corps. Les bâtons sont surtout privilégiés lors des randonnées pédestres en neige profonde. Sur piste, ils s’avèrent moins utiles. Ils peuvent aussi aider à se relever après une chute ou à actionner la cale de montée sans se baisser.

Comment bien choisir ses bâtons de raquettes ?

  • Il est possible de prendre des bâtons de ski classiques (alpin ou randonnée).
  • Leur hauteur doit atteindre 0,67 fois la taille du randonneur.
  • Légèrement plus grands, ils offriront une foulée plus sportive.
  • Les bâtons télescopiques sont plus pratiques puisque leur taille s’ajuste au besoin.
  • Les bâtons pliables conviennent à un usage occasionnel et se transportent facilement dans le sac.
  • La présence d’une rondelle d’hiver est indispensable pour assurer la prise dans la neige.

Consultez nos recommandations de bâtons.

Conseils pour marcher en raquettes avec des bâtons

De façon générale, lorsque vous progressez en raquettes à neige, placez vos bâtons légèrement devant votre foulée. L’équilibre est alors assuré pendant le mouvement vers l’avant, et vous pouvez vous tracter avec la force de vos bras. En montée, veillez à ne pas placer vos bâtons trop loin en avant. L’effort à produire pour vous hisser serait alors trop intense.

Lors des passages en devers, c’est-à-dire en parallèle d’une pente, réglez vos bâtons de façon à ce que celui dans la pente soit plus long, et celui dans la neige plus court. Cela vous évitera de basculer vers le ravin.

La cale de montée des raquettes : comment l’utiliser ?

Cale de montée raquette

Avec un simple clip situé sous la raquette ou par un bouton accessible avec les bâtons, vous pouvez actionner la cale de montée si vos raquettes en sont équipées. Ce dispositif minimise l’effort de la cheville en amenant le talon à l’horizontale. De fait, ce sont les cuisses qui vont fournir le plus de travail pour gravir la pente. Ces muscles étant beaucoup plus massifs, ils facilitent au final l’ascension.

N’oubliez pas de désactiver la cale de montée dès que vous êtes à nouveau en terrain plat.

Savoir gérer l’effort et la fatigue lors d’une sortie en raquettes

Couple repose tente neige

Ce qui fatigue le plus lors d’une rando en raquettes, c’est sans doute de devoir lever le pied continuellement à une hauteur plus importante que d’habitude. Pour éviter de trop vous épuiser à ce niveau, réduisez l’amplitude de vos foulées et utilisez les bâtons pour accompagner le mouvement.

Le froid et l’effort conduisent aussi à l’hypoglycémie, source de malaises. Emportez dans votre sac ou dans vos poches quelques denrées sucrées, comme des barres de céréales, qui vous redonneront un coup de boost avant une montée. Ne négligez pas la déshydratation, car elle engendre également de la fatigue. Même en pleine neige, votre organisme transpire et perd de l’eau. Pensez donc à le réhydrater fréquemment avec une boisson isotonique.